La plateforme infinite RPG fermera à partir de novembre 2019. En savoir +
{{{$data->nom}}}

Réseau Royal

Scène libre : Un accueil rapide

Créer une scène libre Répondre

RP posté le

La situation troublée en France donne beaucoup de travail à Louis, mais cela ne veut pas dire pour autant que ses impératifs habituels de roi se trouvent restreints. Il ne peut abandonner sans conséquences ses fonctions diplomatiques et de représentation ; et voilà pourquoi, trois jours après l'émeute, il se retrouve debout dans la cour royale du château de Versailles à quatre heures de l'après-midi, à attendre sa cousine Philippa de Kent. Cette dernière vient de Londres pour passer quelque temps en France ; elle a atterri il y a quelques dizaines de minutes, et une voiture est actuellement en train de la transporter vers le palais.

Au vu de son rang, et pour ne pas faire d'affront au roi Henry XII d'Angleterre, il était impensable que Louis n'accueille pas la jeune femme. Il a cependant réduit au maximum son temps de présence : il a demandé à ce qu'on le prévienne seulement quelques minutes avant l'arrivée du véhicule, et il compte saluer relativement brièvement Philippa.

L'intendance du palais se chargera ensuite de l'installer dans ses appartements, et je ne la reverrai qu'au dîner, où elle sera assise à ma table. Au vu des circonstances, son grand-père comprendra que je ne puisse pas donner de festivités comme cela arrive parfois.

Louis n'attend que depuis cinq minutes, les nobles de la Cour derrière lui, lorsqu'une voiture noire passe le portail de Versailles : c'est celle de Philippa.

La sécurité a été renforcée depuis l'émeute, et les grilles n'auraient ouvert pour personne d'autre.

Bientôt, le véhicule s'arrête devant le roi ; son chauffeur en sort et le contourne pour venir ouvrir la portière à l'illustre passagère qu'il transporte. Celle-ci en sort promptement, et Louis s'avance vers elle pour la saluer.

- Bonjour, ma cousine. Bienvenue en France.

0

RP posté le

La France... Philippa n'y avait plus mit les pieds depuis longtemps, très longtemps. Il faut dire qu'elle ne voyageait guère très souvent.

Voyager pourquoi ? Voir des nobles aussi coincées qu'un pot de cornichons ?

Elle poussa un soupir. Pourquoi être venue en France dans ce cas ? Elle réfléchit quelques instants :

C'est l'Angleterre qui devient étouffante, je présume... Ou alors, c'est mon grand-père qui me parlait trop de la France...

La voiture noire s'immobilisa et le chauffeur annonça d'une voix solennelle :

- Nous voilà arrivés Votre Altesse.

Philippa posa son regard sur le grand gaillard avant de dire d'une voix ennuyée :

- Ah heu... Merci,je présume ?

Le chauffeur haussa un sourcil, mais ne dit rien. Il sortit de la voiture d'un pas alerte et ouvrit la portière de la voiture. Philippa tira une grimace lorsqu'il lui tendit la main :

Sérieusement ? Ce n'est pas parce que je suis une princesse que j'ai forcément besoin d'aide pour sortir d'une voiture. Saloperie de protocole !

Elle repoussa la main d'un geste vif et sorti promptement, sans l'aide de personne.

- Bonjour, ma cousine. Bienvenue en France.

Philippa sourit et s'exclama :

- Louis ! Ça fait tellement longtemps ! Ça me fait plaisir de te voir, t'as l'air en forme !

Ah le protocole et moi... J'espère que Louis se souvient de mon langage si peu cérémonieux...
0

RP posté le

La réponse de Philippa déconcerte Louis, habitué à l'élégance sobre d'une Catarina ou d'une Hermine de Bavière :

- Louis ! Ça fait tellement longtemps ! Ça me fait plaisir de te voir, t'as l'air en forme !

Ah... C'est vrai que j'oubliais pourquoi ma cousine a cessé d'être invitée aux événements internationaux : elle n'a jamais su s'accommoder du protocole.

En privé, de telles effusions n'auraient pas gêné Louis, mais en ces temps où il doit rétablir son image de souverain, il ne peut se permettre de suivre Philippa sur un tel terrain. Gardant son ton parfaitement policé, il lui répond :

- Mais oui, je vais très bien, et je suis ravi qu'il en est de même pour toi.

Il espère que sa cousine comprendra le message implicite dans la raideur qu'il conserve et se reprendra, du moins tant que les yeux des courtisans sont braqués vers elle. Lui présentant son bras pour qu'elle s'y appuie, il lui demande :

- As-tu fait bon voyage ?

0

RP posté le

Philippa fixa Louis d'un air amusé avant de se reprendre, voyant l'air quelque peu ahuri de son cousin.

- Mais oui, je vais très bien, et je suis ravi qu'il en est de même pour toi.

Raide, Louis tentait sans doute de l'inciter à se reprendre.

Aller, je vais faire un effort... Après tout, il faut éviter de faire un accident diplomatique...

Elle inspira rapidement et se para d'un sourire parfaitement aimable. Et lorsque son cousin lui présenta son bras, elle s'en empara avec une délicatesse dont elle ne savait pas capable.

- As-tu fait bon voyage ?

La phrase de Louis ne l'a surprends pas: c'est purement pour la forme, pour offrir du spectacle aux courtisans, affamé par n'importe quoi.

Malgré les cernes, présentent sous ses yeux, elle répond d'une voix parfaitement contrôlée :

- Naturellement cher cousin. Pourquoi aurais-je eu un mauvais voyage ?
0

RP posté le

C'est avec un soulagement immense que Louis voit Philippa se raidir sous ses yeux, adoptant une posture plus princière. Son ton se transforme d'ailleurs quand elle lui répond :

- Naturellement cher cousin. Pourquoi aurais-je eu un mauvais voyage ?

Ouf... Heureusement, si elle a toujours eu l'esprit libre, Philippa n'en est pas moins très intelligente.

Profitant d'être encore loin des courtisans alignés, Louis souffle pour que seule sa cousine l'entende :

- Merci...

Elle comprendra que je fais référence à son changement d'attitude.

Puis, haut et fort, il ajoute une nouvelle ligne à leur dialogue de convenance :

- J'oubliais que les avions anglais sont parmi les plus confortables au monde. Dans ces conditions, bien sûr que vous ne pouviez que faire un bon voyage.

Ils ont avancé de quelques pas et ils se trouvent à présent en bas des marches menant vers la Cour de Marbre. Louis poursuit sur le ton de la conversation :

- Comment se porte votre famille ? J'ai des nouvelles par ma mère, mais il est toujours bon d'entendre plusieurs points de vue parfois.

0

RP posté le

- Merci...

Ce simple mot fait sourire Philippa d'un sourire bien plus honnête que celui d'il y a quelques instants.

Il est rare qu'on la remercie. C'est même plutôt le contraire. Il est certain qu'elle fait un effort pour maintenir ce sourire de façade, mais ce simple merci l'émeut quelque peu.

J'espère que mon émotion ne se voit pas trop... Que penseraient ces foutus courtisans en voyant mon regard brillant ?

La rousse inspire alors pour se calmer pendant que son royal cousin déclama d'une voix forte :

- J'oubliais que les avions anglais sont parmi les plus confortables au monde. Dans ces conditions, bien sûr que vous ne pouviez que faire un bon voyage.

Elle sourit simplement, mais ne répond pas :

Que dire de plus que oui ? Que ces avions ont des fauteuils massant ? Je n'en ai franchement pas envie.

Avancés de quelques pas, Philippa et Louis se trouvèrent désormais au pied des marches menant vers la Cour de Marbre. Le roi de France, sur le ton de la conversation demanda :

- Comment se porte votre famille ? J'ai des nouvelles par ma mère, mais il est toujours bon d'entendre plusieurs points de vue parfois.

Philippa qui s'attendait quand même un peu à cette question se raidit brusquement

Mon Dieu Louis, pourquoi avoir posé cette question ?

Philippa ne s'entendait pour ainsi dire avec personne.

Ses parents Arthur de Windsor et Eulalie de Portugal, marquis et marquise de Pembroke, avaient autant d'amour à lui fournir qu'un mur. Autant dire aucun.

Quant à sa sœur, Alexandrine, elle n'était qu'une personne superficielle et incroyablement égoïste. Tout ce que Philippa détestait en somme.

Je ne vais pas commencer à déblatérer sur les problèmes familiaux, surtout pas ici !

Elle répond poliment, d'un sourire pas trop crispé, elle l'espère :

- Ils se portent à merveille ! Mon père a battu un nouveau record de vitesse en avion et ma sœur s'est trouvé un fiancé en la personne du duc de Lancastre. Tout va pour le mieux donc...

Et elle sourit, espérant que son cousin gobe le mensonge sans se poser de questions...
0

RP posté le

Louis sent Philippa se raidir, et il attribue cela à un effort supplémentaire de sa part pour paraître distinguée. Ce n'est sûrement pas sa question qui a provoqué cette réaction de sa cousine, car c'est sur un ton enjoué que celle-ci lui dit :

- Ils se portent à merveille ! Mon père a battu un nouveau record de vitesse en avion et ma sœur s'est trouvé un fiancé en la personne du duc de Lancastre. Tout va pour le mieux, donc...

- Ah oui, Mère m'a parlé des fiançailles. Je n'avais en revanche pas entendu parler des prouesses de votre père. Je lui enverrai un message pour le féliciter.

Enfin, si mes obligations m'en laissent le temps...

Philippa et Louis ont gravi les quelques marches qui les séparaient de la Cour de Marbre, et s'approchent à présent de l'intendante de Versailles, qui fait un pas pour se détacher de la ligne des nobles assemblés en les voyant. Elle s'incline lorsque les deux cousins arrivent devant elle, et le jeune roi la présente :

- Philippa, voici Sophie Névé, l'intendante de Versailles. Elle mettra tout en oeuvre pour rendre votre séjour le plus agréable possible ; n'hésitez pas à la contacter si nous pouvons faire quoi que ce soit pour votre confort.

0

RP posté le

Philippa fut soulagée de voir Louis ne pas lui poser des questions sur sa soudaine raideur.

J'ai des bons talents d'actrice, je présume...

Suite à ses paroles faussement enjouées, son cousin lui répond :

- Ah oui, Mère m'a parlé des fiançailles. Je n'avais en revanche pas entendu parler des prouesses de votre père. Je lui enverrai un message pour le féliciter.

Oui, comme ça, il prendra encore plus la grosse tête...

Ayant gravi les quelques marches la séparant de la Cour de Marbres, Philippa vit une femme fait un pas pour se détacher de la foule de nobles alignés devant eux.

Qui est-ce ?

Arrivé devant cette femme au visage strict, Louis la présente :

- Philippa, voici Sophie Névé, l'intendante de Versailles. Elle mettra tout en œuvre pour rendre votre séjour le plus agréable possible ; n'hésitez pas à la contacter si nous pouvons faire quoi que ce soit pour votre confort.

La Duchesse de Kent inclina poliment la tête vers la Névé avant de se tourner vers son cousin :

- Je présumé que nos chemins commun s'achèvent ici Louis ?

Elle lui sourit avant d'ajouter avant d'ajouter d'un ton aimable :

- Cela m'a fait grand plaisir de faire ce bout de chemin avec toi. À très bientôt, je suppose?
0

RP posté le

Philippa salue poliment l'intendante puis se retourne vers son cousin.

- Je présume que nos chemins commun s'achèvent ici Louis ? Cela m'a fait grand plaisir de faire ce bout de chemin avec toi. À très bientôt, je suppose ?

En temps normal, le jeune roi aurait sans doute apprécié de passer quelques minutes supplémentaires avec sa si naturelle cousine ; mais en ce moment, c'est un luxe qu'il ne peut s'offrir. Il saisit donc la perche qu'elle lui tend et lui répond :

- En effet, je pense qu'il vaut mieux que je te laisse t'installer tranquillement dans un premier temps. Madame Névé se chargera de te montrer les appartements qui t'ont été attribués et de te présenter ta domestique. Nous nous verrons tout à l'heure, pour le dîner. Il est servi à sept heures et demie.

Il marque une pause avant d'ajouter une dernière précision :

- Oh, j'allais oublier : j'ai demandé à notre cousine Mary de York, qui séjourne actuellement à Versailles, de te montrer le château. Tu pourras lui envoyer un message quand tu seras installée.

0

RP posté le

-En effet, je pense qu'il vaut mieux que je te laisse t'installer tranquillement dans un premier temps. Madame Névé se chargera de te montrer les appartements qui t'ont été attribués et de te présenter ta domestique. Nous nous verrons tout à l'heure, pour le dîner. Il est servi à sept heures et demie.

Louis n'avait plus autant de temps que lorsqu'il n'était que Dauphin, Philippa s'en doutait.

Autant ne pas l'importuner d'avantage. Il doit avoir des tonnes et des tonnes de boulot... Ah qu'es que je le plains!

Néanmoins, avant de partir,le Roi de France cru bon d'ajouter:

- Oh, j'allais oublier : j'ai demandé à notre cousine Mary de York, qui séjourne actuellement à Versailles, de te montrer le château. Tu pourras lui envoyer un message quand tu seras installée.

Philippa hocha la tête : Mary faisait sans doute partie de ses cousines préférées.

Peut-être que contrairement à moi, elle est une princesse modèle, mais je sais parfaitement ce qu'elle vaut !

Elle pencha la tête sur le côté et déclara d'une voix avenante :

- Je lui enverrai un message dès que possible. Merci beaucoup Louis.

Elle marqua une pause avant d'ajouter :

- Bon, je pense que je ne vais pas te retenir plus longtemps... À tout à l'heure alors ?
2
Versipellis
Versipellis a commenté :
Le RP semble toucher à sa fin, n'hésite pas à m'envoyer un message si tu veux en refaire un à l'occasion !
Publié Tue, 21 Aug 2018 14:52:16 +0200
Lyriane
Lyriane a commenté :
Ok, merci beaucoup ^^
Publié Tue, 21 Aug 2018 15:10:01 +0200

RP posté le

- Je lui enverrai un message dès que possible, dit poliment Philippa. Merci beaucoup Louis.

Puis, après une brève pause, elle ajoute :

- Bon, je pense que je ne vais pas te retenir plus longtemps... À tout à l'heure, alors ?

- À tout à l'heure, oui !

Après un dernier signe de tête, Louis rentre dans le palais, laissant sa cousine aux mains de la Névé.

Elle va être heureuse : la plupart des courtisans s'en vont avec moi. Elle va pouvoir cesser de retenir son naturel... En espérant cependant qu'elle en tiendra suffisamment les brides pendant son séjour à Versailles pour m'éviter des scandales. Je n'ai pas besoin de ça en ce moment.

0
Créer une scène libre Répondre
*/ ?>